Chapitre 1 : Prédestination...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Chapitre 1 : Prédestination...

Message par Eomir de Doragon le Sam 10 Déc - 12:39

Chapitre 1 :
Prédestination...

En l’an 1300, dans un lointain royaume du nom de Château-blanc, se trouve le luxueux et légendaire château des Paladins de Château-blanc. Il renferme les protecteurs du royaume, les Paladins. Les paladins sont des chevaliers au talent hors du commun et de redoutables guerriers ; leur mission : protéger le royaume de toutes les menaces existantes peu importe d’où elles viennent et assurer l’équilibre, l’ordre et la justice partout dans le royaume.

         La personne dirigeant les Paladins n’est autre que le roi lui-même : Adonis Proétos. Il est un ancien Paladin et le petit-fils ainsi que le fils des deux précédents rois de Château-blanc. Adonis a mené de nombreuses batailles à travers le monde, il a participé à la bataille pour la liberté de Montfer dans la région d’Easterland aux côtés des Prédateurs d’Easterland dirigés par Nathaniel Kröm, l’actuel seigneur d’Easterland. Adonis a aussi participé à la bataille contre le démon Bélial, une créature venue tout droit des tréfonds de l’Enfer qui voulait s’emparer du monde des humains et se servir de la Tour du Chaos pour voyager à travers les mondes. Bélial ne put être tué, alors, les Paladins l’ont enfermé dans son monde à partir de la brèche qu’il avait ouverte dans la région d’Atepomoros.

         Depuis le jour où Bélial a été enfermé, le monde coule des jours paisibles et la vie a repris son cour et les Paladins n’ont plus beaucoup de travail à part s’assurer que tout se passe bien à travers le royaume. Maintenant, il y a de nouveaux Paladins qui ont été engagés, ils sont plus jeunes mais ont un avenir prometteur : le premier étant Caïn Grim, né à Maelduin dans la région d’Izanig, il est le fils de Gideon Grim et d’Elice Fébée. Gideon est un forgeron renommé, car il aurait forgé l’épée qui se trouve à la taille d’Adonis, le roi de Château-blanc, tandis qu’Elice, elle a voué sa vie à éduquer et à s’occuper de Caïn. Caïn est devenu paladin de son plein grés, il voulait lui aussi combattre les monstres qui perturbent le quotidien des innocents, peu avant que Caïn quitte Maelduin pour se rendre à Préroyal  pour commencer son apprentissage en tant que paladin, Gideon lui a forgé une épée qui lui serait unique, cette épée était une zweihander, une épée de grande taille et à la lame massive et tranchante. Le deuxième paladin se nomme Teddy Nërolan, né à Préroyal dans la région de Château-blanc, il est devenu Paladin après la mort de ses parents qui ont été tués par des créatures venues du même monde que Bélial. De plus, aucuns de ses parents n’étaient paladins, son père était fermier et sa mère était tailleur. Il est devenu Paladin dans le but d’empêcher que ce genre d’événement n’arrive à d’autres enfants ou d’autres innocents.

         Ces deux jeunes paladins passèrent une grande partie de leurs années d’entraînement ensembles. Ils devinrent amis et ont très vite attiré l’attention du roi de par leur habilité au combat et leur formidable travail d’équipe et esprit de solidarité. Alors, le roi, Adonis, décida de mettre ces deux paladins dans le même escadron de recrues, pour qu’ils puissent faire leurs preuves en équipe, comme ils l’ont toujours fait.


      [size=13]   Les mois passèrent, et l’heure des examens approchait à grands pas. C’était l’ultime étape à passer ; Caïn et Teddy allaient enfin savoir lequel d’entre eux allait accéder au rang de Capitaine d’escadron. Ils passèrent leurs examens, chacun de leur côté, puis après quelques semaines d’attentes, les résultats de l’examen furent dévoilés : Caïn réussit haut la main avec dix-huit épreuves réussies sur vingt, les deux seules épreuves qu’il avait ratées étaient l’épreuve de tir à l’arc et celle de combat sous-marin. Teddy réussit juste après Caïn avec dix-sept épreuves réussies sur vingt, il avait raté le tir à l’arc, le combat aux yeux bandés et l’épreuve finale qui était de désarmer l’entraîneur qui n’était autre que son père adoptif : Joseph Schtauffen. Caïn fut alors convoqué par Adonis quelques jours plus tard ; il voulait s’entretenir avec lui. Caïn se présenta devant le roi au point de rendez-vous, ponctuel. Il s’agenouilla et écouta ce que le roi avait à lui dire :[/size]

« Alors, mon cher Caïn. Lui dit le roi. On m’a fait part de tes nombreuses prouesses pendant les examens militaires. Et je dois t’avouer que je n’en attendais pas moins de toi mon jeune ami… »


« Ravi que cela vous fasse plaisir votre majesté. Mais si je puis me permettre ; pourquoi m’avez-vous convoqué dans la salle du trône ? » Lui demanda Caïn, un peu intimidé.

Le roi se mit à rire, puis il répondit au jeune homme :

« Et bien ; mon ami, j’aimerais faire de vous l’un de mes Capitaines d’escadron. Puisque vous avez l’air d’être l’une de mes recrues des plus prometteuses avec un avenir prometteur lui aussi. »

« Vraiment ? C’est trop votre altesse, je ne peux pas accepter cette offre, il est trop tôt pour savoir si je suis réellement apte à diriger un escadron au front. » S’exclama Caïn surpris et touché par l’offre d’Adonis.

« Mais bien sûr que si très cher ! Vous devriez vous en sortir à merveille. Vous avez réussi presque sans faire d’erreur votre examen stratégique et de gestion de groupe. Répondit Adonis en s’asseyant sur son trône. Je suis persuadé que vous ferez un très bon Capitaine d’escadron, et qu’un jour je serais amené à faire de vous mon Général des Armées de Château-blanc ! »


« Alors ce sera avec honneur que je prendrai ce poste et mènerai les armées de Château-blanc vers la victoire ; votre majesté. » Répondit Caïn le cœur empli de joie.



         [size=13]Adonis se leva et marcha alors vers Caïn, son épée à la main, et il fit devant lui le signe de la Sainte Croix Armée de Château-blanc et lui dit ces mots :[/size]



« Vous ; Caïn Grim, je vous fais officiellement, au nom de l’église de la lumière de Château-blanc, Capitaine d’escadron et dirigeant des recrues des Paladins de la Lumière. Et en mon nom, moi ; Adonis Proétos, je vous béni le la divine lumière de Château-blanc ! »

         Caïn se releva, fit sa révérence et partit prévenir son ami de longue date ; Teddy. Il était tout excité à l’idée de diriger les escadrons de recrues de Château-blanc au nom du roi. Il arriva alors chez Joseph Schtauffen, là où habite Teddy, il entra sans même frapper à la porte ; après les longues années que Caïn et Teddy ont passé ensembles, Joseph s’est dit qu’il n’était plus nécessaire de fermer la porte lorsqu’il s’agissait de Caïn, au final, c’est comme s’il était chez lui. Caïn passa le petit couloir qui suivait la porte d’entrée, puis il arriva dans la pièce principale ; il interpella Teddy plusieurs fois, le jeune homme sortit alors de la cuisine avec du fromage à la main et du pain dans l’autre, il fut surpris par l’arrivée intempestive de son bon ami.


« Mais ; Caïn, que fais-tu ici de si bonne heure ? Il n’est que neuf heures, j’allais passer à table. » Dit-il en s’installant tranquillement.

«[size=13] Oh mon ami ; tu ne devineras jamais e qu’il m’est arrivé à l’instant. Dit Caïn tout excité. J’ai été convoqué par le roi, et il a dit qu’après avoir entendu parler de moi et de mes résultats aux examens militaires, il avait décidé de me nommer Capitaine d’escadron ! Et que c’était officiel ! »[/size]

« Vraiment ? Par tous les saints, c’est une nouvelle réjouissante. Nous devrions fêter cela ; tu ne penses pas ? » Répondit Teddy qui était content pour son camarade.

« Je suis tout à fait d’accord. Nous pourrions organiser un repas gargantuesque ; on y invitera ma famille, Joseph, nos amis et mêmes certains de nos camarades d’escadron ! Cela serait excellent. » Proposa Caïn qui avait du mal à se remettre de ses émotions.


« Mais, est-ce que tu as mis Cassandra au courant ? » Demanda Teddy.


         Bien évidemment, Caïn avait oublié de mettre Cassandra au courant de sa promotion. Vous devez vous demander qui est Cassandra ; Cassandra Lynta, elle est la fille de Nash Lynta, un ancien Paladin aujourd’hui à la retraite, et de Genny Kovenrum, qui elle était serveuse dans une taverne réputée dans la ville de Préroyal. La jeune Cassandra a grandi à Arcoat dans la région d’Atepomoros, depuis, elle vit à Préroyal elle aussi, car elle a suivi les traces de son père qui était Paladin en devenant Valkyrie ; les Valkyries sont des femmes qui combattent pour les églises de la lumière. Et c’est d’ailleurs à Château-blanc qu’elle a rencontré l’homme qui aujourd’hui est son fiancé : Caïn Grim.

« Non ; j’y ai pensé, mais je ne l’ai pas fait tout de suite. Il m’a semblé plus logique de te le dire à toi, car nous allons combattre dans le même escadron jusqu’à ce que l’un de nous tombe sur le champ de bataille. Tu vois ce que je veux dire ? » Répondit Caïn gêné et honteux.


« Si j’étais toi, j’irais lui dire sans tarder avant qu’elle ne déboule ici et qu’elle commence à douter de ta fidélité en venant me parler seul à seul comme si tu avais quelque chose à cacher. » Lui dit Teddy en riant.

         Caïn partit en direction de la demeure qu’il partageait avec Cassandra, prêt à lui annoncer sa récente promotion. Il arriva chez lui en quelques minutes seulement, il passa la porte, et se précipita dans la pièce principale, puis interpella Cassandra, qui n’était pas dans la pièce. La jeune femme répondit quelques secondes plus tard, sa voix provenait de l’étager d’au-dessus. Caïn monta les escaliers, toujours en armure, puis rejoignit Cassandra qui était dans leur chambre ; elle était en train d’écrire une lettre, à qui ? On ne le sait pas. Sans même dire bonjour et sans même prendre sa fiancée dans ses bras, Caïn commença à raconter ce qu’il avait raconté à Teddy il y moins d’une heure. Il semblait fier, heureux et motivé, ce qui fit grandement plaisir à Cassandra, qui se jette tout bonnement dans les bras de Caïn, fière de lui elle aussi.

« J’ai pensé à organiser une fête à l’occasion. Qu’en penses-tu ? » Demanda Caïn à Cassandra.

« Cela m’a l’air d’être une très bonne idée. Tu devrais y inviter tes parents, tes amis et même tes collègues. Tu ne penses pas ? » Répondit-elle en souriant.

« J’y avait pensé aussi. Et je me disais qu’il aurait été bon d’inviter tes parents aussi, comme ça ; nos parents feront de plus amples connaissances. » Proposa Caïn en s’asseyant auprès de Cassandra.

« Voilà qui tombe bien. Dit-elle enjouée. J’étais en train d’écrire une lettre à mon père comme je fais d’habitude. Il me reste assez d’encre et de place pour ajouter une invitation à une fête en famille. »

         Après cette discussion, Caïn se remit en route vers le château des paladins où il est sensé retrouver Teddy et tous les autres membres de l’escadron dont il était maintenant responsable. Mais ce qu’il vit en arrivant lui coupa toute envie de repartir au front où même d’être parmi les paladins ; des paladins en piteux état, certains étaient gravement blessés, d’autres à qui il manquait des membres et pire, d’autres étaient morts… Caïn accouru auprès de Joseph qui était en train de s’entretenir avec un des médecins qui était présent.

« Sir Joseph ! Que s’est-il passé ? » Demanda Caïn tout en panique.


« Tiens, voilà le Capitaine Grim ; et bien, mon ami. Ces soldats ont étés envoyés à Prytwen au sud d’Atepomoros, et la plupart d’entre eux disent avoir été attaqués par une armée de morts-vivants qui ne craignent pas la mort et progressent sans arrêt vers Château-blanc… » Dit Joseph d’un ton empli de déception.

« N’y a-t-il donc aucun moyen de les en empêcher ? » Demanda Caïn.


« Tout ce que je peux vous proposer, c’est de les attaquer de front et de les décimer tous jusqu’au dernier. Mais tous ces hommes disent que malgré les coups d’épées incessants, les fracas de marteaux, les abatages de haches et tous les moyens en notre possession ; ces créatures se relèvent et continuent inlassablement d’avancer et de combattre. » Répondit Joseph qui avait du mal à croire les pauvres hommes qui étaient revenus du champ de bataille.

« Alors nous irons les combattre… Si c’est le seul moyen de protéger les innocents qui peuplent notre cité et tout le royaume. » Déclara Caïn en tournant les talons.

[size=10]    Alors ; Caïn se rendit à la salle du trône pour parler au roi et essayer de trouver, rapidement, une solution pour stopper les ennemis qui approchent à grands pas de Château-blanc. Une fois qu’il fut arrivé à la salle du trône, Caïn interpella le roi qui était, pendant ce temps, en train de boire du bon vin dans un beau verre serti de gravures Elfiques qui disaient « Le vin est l’élixir et l’essence même du pouvoir ».[/size]

« Mon Seigneur ! J’ai à vous parler ! » Dit Caïn en s’avançant vers lui.
        

« Oh, mon ami. Que me vaut votre visite ? » Demanda Adonis en buvant son vin.


« Nos hommes sont revenus de Prytwen, certains sont gravement blessés, et d’autres, morts… Ils disent tous qu’ils ont été attaqués par des morts-vivants qui ne craignent ni la mort, ni les coups d’épées, de marteaux ou de haches. » Répondit Caïn.



A ce moment-là, Adonis se retint de cracher son vin qui lui avait coûté une fortune. Il  regarda fixement Caïn et lui dit :


« Des quoi ?! Des morts-vivants vous dites ? Mais c’est impossible ; nous avons refermé la brèche il y a de cela plus de vingt ans… Je ne peux pas le croire. Et à quelle vitesse approchent-ils d’ici ? »


« Ils avancent à leur rythme, mais nos hommes n’ont même pas réussi à réduire leur effectif. Il est fort probable qu’ils arrivent à nos portes d’ici deux jours tout au plus… » Dit Caïn un peu anxieux.


« Alors, partez ce soir ; en direction de Prytwen, au nord. Essayez de vous faire le plus discret possible, il nous faut absolument éviter une panique générale, tout doit rester sous contrôle… » Déclara Adonis en déposant son verre de vin sur un plateau tenu par l’un de ses serviteurs.



« A vos ordre votre altesse… » Dit Caïn en se retirant.

         Il partit alors chercher tous les hommes qu’il lui était possible d’emmener avec lui. Et parmi ces hommes, se trouvait Teddy qui avait insisté pour l’accompagner.

         La nuit tombait lentement sur Préroyal, et Caïn ainsi que ses hommes s’apprêtaient à partir pour Prytwen. Ils s’équipèrent : épées, boucliers, lances, vivres, cornes, montures, etc… Mais Caïn ne pensait pas à l’équipement qu’il allait emmener avec lui, mais à ce qu’il était susceptible de laisser derrière lui ; notamment Cassandra. D’ailleurs, il ne fallut que peu de temps pour que Cassandra apprenne que Caïn était sur le point de partir au front. Elle déboula, en panique, Caïn l’intercepta et lui dit :

« Je sais ce à quoi tu penses. Je sais que je ne devrais pas partir, mais tu dois avoir que si nous ne partons pas ; nos ennemis arriveront aux portes de Château-blanc sans encombre et décimeront toute la population : femmes, enfants, vieillards et tous les autres… »

« Laisse-moi t’accompagner. » Dit-elle.

« Non, je ne peux pas prendre de tels risques… Tu dois rester ici et veiller à ce que tout se passe correctement et qu’il n’arrive rien aux civils… » Répondit Caïn.

Teddy ne tarda pas à rejoindre ses deux amis. Il posa sa main sur l’épaule de Caïn et dit :


« Ne t’inquiète pas Cassandra ; je garderai un œil sur lui. »

« Je compte sur toi Teddy. » Répondit Cassandra en partant, un peu triste, mais elle connait le protocole et elle ne peut pas empêcher un Paladin de partir au combat si l’ordre lui en a été donné.

         Ils partirent alors pour Prytwen. L’escadron marcha pendant plusieurs heures ; certains hommes étaient à cheval, d’autres à pieds et certains fredonnaient des airs de chansons guerrières. Au fond, ils savaient tous ce qui les attendait, une armée de morts-vivants. Mais ce n’était pas le cas de Caïn ; qui lui, pensait que ces hommes revenus de Prytwen avaient été sujets à un maléfice ou à une puissante drogue, voire même un traumatisme quelconque…

[size=13][size=16]    Les heures passèrent et c’est alors, qu’aux alentours de vingt heures, l’escadron arriva enfin devant un court d’eau qui séparait Atepomoros et Château-blanc au niveau de la frontière. Et au loin, derrière l’horizon, ils pouvaient voir une horrible armée de cadavres en armures et armées d’épées, de boucliers, de lances, de fléaux et mêmes de massues pour certains. Alors, Caïn s’avança devant ses hommes et leur dit haut et fort :[/size][/size]




« Allons ; camarades ! Brandissez vos armes, chargez l’ennemi et montrez lui de quoi les Paladins de Château-blanc sont capables ! Ils sont peut-être morts, peut-être plus nombreux, mais nous avons quelque chose qu’eux n’ont pas : la foi ! Alors êtes-vous prêts à combattre, à mourir et à vaincre à mes côtés ?! »

« OUI CAPITAINE ! » S’exclamèrent tous les hommes à l’unisson.


« Alors suivez-moi ! Pour Château-blanc !!! » Hurla Caïn en lançant la charge en direction des ennemis.[size=13]         [/size]


    Tous les Paladins se mirent à charger, armes à la main ; prêts à défendre leur cité et leurs familles.

    Le combat s’annonçait facile, les ennemi n’opposaient pas grande résistance et tombaient un coup de lame dans le torse. Mais bien évidemment, le pire restait à venir… Après quelques mètres parcourus à travers les squelettes, un ennemi un peu plus imposant se présenta devant les Paladins. On pouvait reconnaître son armure et le blason qui était incrusté dessus ; il s’agissait de Sir Jackdon Moosewolf, seigneur d’Atepomoros. Il avait changé : il n’avait presque plus de peau ou de chair sur son corps, ses yeux étaient devenus noirs et vides, son armure était percée de tous les côtés et à sa main gauche se trouvait une zweihander, lui qui était habituellement armé d’une hache.

       
[size=13]    Cette épée était une zweihander qui semblait ne jamais avoir été utilisée : sa lame était magnifique et brillante. Au manche,  en revanche, se trouvait une sorte de forme de vie de couleur sang avec un unique œil en plein centre de cette dernière. Et l’œil avait ciblé une personne en particulier : Caïn. Jackdon se dirigea alors vers le Capitaine d’escadron et tenta de lui asséner un violent coup d’épée, Caïn évita le coup de justesse, il retourna alors son épée et frappa Jackdon droit dans son visage, le mort tituba et manqua de peu de tomber. Jackdon se mit à rire d’une étrange façon.[/size]




« Il est puissant… Mon seigneur… Son âme n’en sera que délicieuse… » Dit-il  en regardant l’œil de l’épée.
        
« Regardez ce que vous êtes devenus Sir Moosewolf ; vous, seigneur d’Atepomoros ! Qui vous a fait cela ? Et pourquoi ? » Demanda Caïn en se mettant en garde.
        

« C’est notre seigneur, notre dieu à tous… Celui qui est à l’origine de tout ! Dit-il en riant. Il m’a promis plus de pouvoir, et une place importante dans l’armée maudite ! Alors j’ai signé un pacte avec lui et me voilà aujourd’hui… Plus puissant ! »


« Vous êtes complétement fou… » Dit Caïn en chargeant le mort épée la première.


         Les deux hommes s’affrontèrent face à face dans un duel à mort, tandis que les autres Paladins combattaient les squelettes restants. Leur combat dura quelques minutes, coups d’épées après coups d’épées, les deux hommes se cherchaient et s’analysaient. Mais Caïn avait trouvé quel était le point faible de Jackdon : l’épée qu’il portait, sans elle, il n’est rien d’autre qu’un mort sur pied. L’objectif de Caïn était simple ; désarmer Jackdon et le tuer, encore une fois…

         Jackdon quant à lui, ne semblait pas se fatiguer, comme si il avait perdu la plupart de ses sentiments humains. Il frappait, et frappait et continuait de frapper encore et encore. Le combat s’éternisait, jusqu’à ce qu’une opportunité, une fenêtre de tir de quelque seconde, se présenta à Caïn, juste au moment où Jackdon leva l’épée vers le ciel d’une seule main, cette dernière commença à briller d’une lueur rouge alors que le ciel se couvrait de nuages noir et que des éclairs jaunes commencèrent à s’abattre sur le sol.

         Dans le ciel, on pouvait distinguer dans les nuages noirs, un crâne qui semblait exprimer un sentiment de colère, de rage, de haine. Il était apparu juste au-dessus de l’épée, donc au-dessus de Caïn et Jackdon. A ce moment précis, Caïn se jeta en avant, droit sur Jackdon, et lui trancha le bras, l’épée tomba au sol, et Jackdon fut projeté en arrière par la force du coup porté par Caïn. Teddy, qui avait assisté de loin à la scène dit à Caïn :

« Allez ; finis le ! Il doit être purifié, son âme est corrompue ! Achève le et met fin à cet enfer qu’il vit ! »

         Après avoir fait passer son message à Caïn, Teddy se remit à fracasser les os de ses ennemis, leur trancher la tête, les jeter dans tous les sens. Caïn s’approcha alors de Jackdon, leva son épée pour lui trancher la tête, quand soudain, il entendit une voix dans sa tête, une voix qui n’avait rien d’humain, elle disait :

« Tue le… Ce n’est qu’un pion sur mon échiquier… Sa vie n’a aucune valeur, il est faible, avide, stupide, insignifiant… Met fin à ses souffrances ! Paladin… »


         [size=13]Caïn détourna la tête pendant quelques instants, se disant que c’était un piège, mais au final, le pauvre Sir Jackdon Moosewolf ; seigneur d’Atepomoros, n’était plus que l’ombre de celui qu’il était avant d’avoir été corrompu par une force démoniaque dont les pouvoirs dépassent l’entendement et l’imagination. Il décida alors de trancher la tête de ce monstre, pour honorer la mémoire du grand homme, du pieux et vaillant guerrier qu’était Jackdon Moosewolf.[/size]


         La tête de Jackdon s’envola au loin et s’écrasa au sol. Le corps sans vie de Jackdon laissa alors sortir comme une espèce de fumée noire qui s’éleva jusque dans la bouche grande ouverte du crâne qui était représenté dans les nuages. Et comme par magie, les morts arrêtèrent de combattre. Les Paladins ne comprirent pas ce qu’il venait de se passer ; Teddy rejoignit Caïn, qui enfonça son épée dans le sol pour s’appuyer dessus après les efforts fournis pendant ce combat.



« Et maintenant ? Est-ce la fin de notre combat ? » Demanda Teddy à Caïn en essuyant la sueur qui coulait de son front.

« Non ; cela doit être un piège, une ruse ou une tactique de l’ennemi. Sir Jackdon n’était pas celui tirait les ficelles, il n’était qu’un pion sur l’échiquier… Il reste encore quelqu’un qui est le vrai cerveau…. Mais qui ? » Répondit Caïn en regardant les morts autour de l’escadron.

« Je ne sais pas. Peut-être un nécromancien ou un mage noir. Nous devons quand même rester sur nos gardes, il se trouve peut-être dans cette armée de morts-vivants, prêt à attaquer. » Dit Teddy un peu inquiet et peu sûr de lui.

« Peu importe, on se replie. On rentre au château, on liquidera les morts au fur et à mesure que l’on va avancer vers notre destination… En avant ! » Ordonna Caïn en gardant un œil sur les morts.

         Alors que l’escadron se mit en route vers Château-blanc, le crâne se mit à émettre un cri d’une voix rauque et d’outre-tombe ; et les morts se mirent en formation d’attaque, prêts à attaquer au moment où l’ordre leur sera donné. Les Paladins se mirent en garde, en position défensive. Caïn, qui savait très bien ce qu’il faisait, fit quelques pas en arrière et ramassa l’épée, dont l’œil avait cessé de bouger, et la pointa vers  les morts. Ils firent un bond en arrière, comme s’il en avait peur, Caïn s’avança vers eux et agita l’épée horizontalement pour les faire reculer d’avantage, puis pour paraitre plus menaçant, il décida de la frapper au sol, ce qui provoqua une onde de choc faisant s’envoler les morts en face de lui.

         Les morts décidèrent d’attaquer, Caïn planta alors l’épée dans le sol, créant ainsi une déferlante d’énergie de couleur rouge renvoyant les morts à l’état de poussière. Mais les morts étaient coriaces et refusaient de cesser d’attaquer, ils étaient trop nombreux, et Caïn n’avait aucune idée de la façon d’utiliser cette épée, bien qu’il soit un épéiste talentueux. Caïn se retourna vers ses camarades et leur dit :

« Repliez-vous ! Battez en retraite, il est vain de les affronter ! Je ferais diversion pendant que vous prendrez la fuite ! »



« Mais Capitaine ; on ne peut pas vous laisser ici » Lança l’un des hommes à Caïn.

« Si, partez et ne nous retournez pas ; faites un rapport complet au roi et préparez-vous à défendre la cité ! Tiens Teddy, attrape ! » Dit-il  en envoyant son épée à Teddy.

« Mais Caïn, tu n’es pas obligé, viens avec nous, on peut fuir et couvrir nos arrières en même temps ! » Répondit Teddy en récupérant l’épée.

« Je ne peux pas vous laisser prendre trop de risques. Partez avant que je ne puisse plus les retenir ! C’est un ordre Sir Nërolan ! » Ordonna Caïn dont les yeux commençait à se remplir entièrement de noir.

         Caïn n’avait jamais appelé Teddy par son nom. Il comprit donc qu’il ne reviendra pas sur sa décision. Il affronta à lui seul  les morts alors que la corruption commençait à le prendre entièrement. L’escadron parti en direction de Château-blanc. Voyant alors que l’escadron avait réussi à s’éclipser, Caïn brandit l’épée haut vers ciel, en direction du crâne dans les nuages, et frappa le sol de toute la force qu’il lui restait ; la terre se fracassa, la foudre jaune tomba sur la terre, le crâne récupérait la fumée noire qui se dégageait de la poussière laissée par les morts, et un onde d’énergie rouge déferla sur l’entièreté de Prytwen...


 

Après quelques jours, l’escadron revint enfin de Prytwen, ils étaient tous épuisés, certains été blessés, mais il n’y avait qu’un seul homme manquant ; le Capitaine d’escadron : Caïn Grim.

         Le nom de Caïn fut gravé sur le mémorial des Paladins de Château-blanc, au centre de Préroyal, auprès des nombreux autres grands guerriers qui ont combattu et qui sont tombés au nom de Château-blanc et de son roi.

         La nouvelle fut portée aux parents de Caïn ; Gideon Grim et Elice Fébée. Ils furent effondrés en apprenant le décès de leur fils unique, Gideon décida alors d’offrir le feu de sa forge au roi quand il en aura besoin, de sorte à honorer la mémoire du vaillant Paladin qu’était son fils. Elice, quant à elle, ne put se résoudre à débarrasser les affaires de Caïn, elle qui a passé l’entièreté de sa vie à éduquer, protéger et veiller sur son fils unique. La nouvelle parvint aussi à Cassandra qui ne put supporter la perte de son fiancé ; elle resta plusieurs jours enfermée chez ses parents à pleurer du matin au soir. Et en ce qui concerne Teddy ; le frère d’arme et meilleur ami de Caïn, il a aujourd’hui du mal à se voir dans le miroir, car il sait que si il est encore en vie, c’est grâce au sacrifice de son meilleur ami…



Le nom du courageux Caïn Grim ; Capitaine d’escadron des Paladins de Château-blanc, bénit par le roi devant l’église de la Lumière ; restera à jamais gravé dans les mémoires de chaque soldats de Château-blanc et sur le mémorial de Préroyal.
avatar
Eomir de Doragon
Admin

Messages : 23
Date d'inscription : 27/08/2016
Age : 16
Localisation : Avalon ; Contrée de Castelnoir

Voir le profil de l'utilisateur http://laconfrerie-jdr.forums-rpg.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum